12
mrt

Interview La Libre

 

A 62 ans, Michel Doomst est un vétéran de l’action politique, dont le nom reste attaché à une bataille qui a fait trembler la Belgique sur ses fondations : la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Dans ce combat, le bourgmestre de Gooik, en périphérie bruxelloise, appartenait à la frange dure du CD&V. Sa ligne a fini par triompher. Une victoire qu’il ne se lasse pas de savourer. Aujourd’hui, après avoir siégé à la Chambre sous les gouvernements Leterme, Van Rompuy et Di Rupo, Michel Doomst est de retour au Parlement flamand, là où il avait débuté, en 1995. "C’est un lieu utile, les sujets discutés font écho aux matières communales, raconte-t-il. Mais je regrette un peu l’ambiance de la Chambre, où les débats étaient plus intenses, plus politiques. Sur BHV, je me souviens de moments de tension inouïe. Je suis heureux d’avoir vécu ça dans ma vie."

Ce dimanche, le député sera présent à la Vlaams nationaal zangfeest, la fête nationale du chant flamand, au Sportpaleis d’Anvers. L’an passé, il était l’un des rares élus CD&V à y assister, aux côtés des ministres N-VA Jan Jambon et Steven Vandeput, ainsi que d’une kyrielle de mandataires Vlaams Belang.

Het volledige artikel in La Libre van 12 maart.

 

Categorie: 
Bestand: 

Volg mij ook via

Tweets van Michel

event in de kijker

Lente eetfestijn

10 - 11 - 12 -13 mei

 

zaal Edele Brabant

Agenda

zaterdag, 23 februari 2019
zondag, 12 mei 2019
zondag, 26 mei 2019